Mon biologiste médical,
l’expert de mes diagnostics biologiques

17 oct. 2017

Les migrants, une population particulièrement exposée aux maladies infectieuses

Depuis octobre 2015, un système de surveillance épidémiologique a été mis en place par Santé publique France, étendu au camp de Grande-Synthe en décembre 2015. Une étude publiée en octobre par l’INVS montre que les migrants sont particulièrement sujets aux maladies infectieuses.

 

Les Infections respiratoires aiguës (IRA) hautes et les ORL, qui représentent en moyenne respectivement 17 % des recours à Calais et 35 % à Grande-Synthe, ont été les deux principaux motifs de consultation. Les enfants de moins de 5 ans étaient principalement concernés (42 % des recours pour les IRA hautes à Calais et 47 % dans le camp de la Linière). Les IRA basses et les syndromes grippaux (13,3 % à Calais et 6,6 % à Grande-Synthe) ont également constitué des motifs importants de recours, notamment du fait de la survenue d’épidémies de grippe dans les deux campements. Entre les mois de novembre 2015 et octobre 2016, un total de 15 cas de tuberculose ont été déclarés à l’ARS par les médecins de la Permanence d’accès aux soins de santé (PASS) de Calais, dès le diagnostic établi. À Calais toujours, la gale a été un motif constant et important de demande de soins (13,6 %, en moyenne), variant de 20 à 30% des recours jusqu’en mars 2016 pour diminuer à environ 10 % à partir de juin 2016.

545 Dernière modification le mardi, 03 juillet 2018