Mon biologiste médical,
l’expert de mes diagnostics biologiques

03 sept. 2017

AVC : les femmes principales victimes, mais oubliées de la recherche

Si l’AVC est la première cause de mortalité chez les femmes au niveau mondial, ces dernières sont « oubliées de la recherche », dénonce une étude de l’Inserm publiée cet été et issu de plusieurs publications internationales.

Les femmes demeurent en effet peu informées de ce risque, restent sous représentées dans les essais cliniques, et les données sur les spécificités de ce groupe de population sont très hétérogènes d’un pays à l’autre, « voire manquantes ». Pourtant, pointe l’étude, certains facteurs de risque de l’AVC sont plus sévères chez la femme, comme le diabète, l’hypertension, ou la fibrillation auriculaire. En outre, « les femmes de 80 ans sont les plus fortement touchées, néanmoins les études scientifiques disponibles ont été réalisées sur des hommes de 60 ans », relève l’étude. Écrite par des femmes chercheuses, celle-ci a pour objectif de pointer les spécificités de l’AVC chez la femme afin de dégager des priorités de recherche et sensibiliser les pouvoirs publics et le corps médical pour prévenir ces risques et faire décroître ce fléau mondial.

441 Dernière modification le mardi, 03 juillet 2018